Co-Meet: 8-10, rue Saint Marc - 75002 Paris - Tél : 01 43 36 93 47

Consommation : et si demain les prix étaient fixés par les consommateurs ?

Facebook Twitter Google Plus email
Rejoindre le groupe Facebook
Capture d’écran 2014-09-15 à 12.16.06

Dans le monde d’aujourd’hui, la notion de prix n’a plus aucun sens et nos nombreuses études démontrent chaque jour que les consommateurs n’ont plus la perception des prix, et qu’ils ont intégré toutes les stratégies d’optimisation de leurs achats.

L’abondance des offres, la saturation des messages des marques, des sollicitations, des promotions et autres propositions commerciales ont fait perdre au consommateur la réalité d’un prix, et la valeur même d’un produit ou d’un service. Entre les soldes, les réductions induites par les cartes de fidélité, les ventes privées, les offres sur internet, le duty free, les achats d’occasion et pléthore d’autres astuces, autant d’opportunités tarifaires qui ont fait perdre toute valeur et considération au prix d’un objet ou d’un service.

Le marché numérique et le e-commerce ont institué la flexibilité des prix telle une norme intrinsèque. Sur internet, les prix sont différents. Flexibles, personnalisés, mouvants, les stratégies du e-commerce ont créé un espace où le prix fixe n’a plus de valeur, ne veut plus rien dire. Certaines sociétés ont bouleversé leur marché par cette flexibilité, telles des compagnies aériennes comme easyJet qui ne propose plus simplement un billet à prix fixe, mais une mobilité à prix flexible en fonction des options choisies.

C’est ce que nous appelons la « discountologie » : un service ou un produit n’a plus un prix, mais des prix, en fonction des individus, des communautés, des moments, des saisons, des heures et pléthore d’autres stratégies. Parmi les nouvelles stratégies de flexibilité détectées, notons le « Human Pricing », ces prix flexibles en fonction des actions des consommateurs (« bonne actions » ?), ou le « Share Pricing », dont le principe est que plus on partage une offre, moins le prix est cher.

Et si demain on ne devait plus payer que ce que l’on a envie de payer, que ce que l’on estime être le prix « juste » ?  Et si les consommateurs en venaient à instaurer eux-mêmes les prix de ce qu’ils achètent ? Des initiatives sont déjà apparues dans ce sens… »

Exemples :

Bar Ukraine InstagramPayer ses verres dans un bar grâce aux réseaux sociaux! Au Check-In de Kiev, le 1e verre est gratuit si on poste des photos sur instagram ou si on like la page du bar sur facebook! (détecté par Sébastien Dubois)

Hotel SidneyUn hôtel à Sydney, le 1888 hôtel, spécialement conçu pour être photogénique et partagé les clichés sur instagram. Un séjour gratuit est offert au meilleur cliché du mois! (posté par Nadia Beckert)

Au bistrot de saint paulEn 2009, pour lutter contre la crise, au Bistrot de Saint Paul, à Lyon, c’est le client qui décidait du prix du menu. Seules 3 additions de 3€, les autres furent au juste prix (posté par Céline Yu)

parfum marc jacobsUn parfum contre un tweet : un pop up store très original a été implanté à Londres le 15 août dernier par Marc Jacobs. Le concept ? Pas d’argent, juste des tweets. Celles qui utiliseraient le hashtag #MJDaisyChain se voyaient offrir le parfum Daisy du créateur (détecté par Co-meet).

The vaultThe Vault, aux États-Unis, est un café self-service, sans personnel en caisse, qui fait confiance à ses clients pour payer ce qu’ils doivent (posté par Sébastien Dubois)

Petite SyrahAu café La Petite Syrah à Nice, le prix diffère en fonction de votre politesse : « un café » : 7 € ; « un café, s’il vous plait » : 4€25 ; « Bonjour, un café s’il vous plaît » : 1€40 (détecté par Caroline Guiraud)

Payez ce que vous voulez5 hôtels parisiens jouent au juste prix : du 21 juillet au 10 août 2014, sous certaines conditions, ce sont les clients qui ont fixé le prix de leur chambre! (détecté par Co-meet)

 

 

 

 

scénarios :

Ces scénarios sont ceux imaginés par les membres de la communauté autour du thème des nouveaux modes de consommation et de paiement réalisé lors de la SmartIdéa récemment organisée. 

 

• Caro imagine des prix variables dans les boutiques de vêtements, de chaussures ou de cosmétiques : quand vous êtes en plein après-midi shopping, les prix varieraient en fonction du nombre de copines qui achètent des articles de la boutique.   

 

• Dans l’univers du divertissement ou des spectacles, Nadia Beckert imagine des événements dont le prix seraient en fonction de la satisfaction des clients. Le dernier concert de Beyoncé fut super au Stade de France, ce serait donc plus cher que le dernier concert des Black Eyed Peas dont le son fut médiocre. Le dernier film vu en salle fut mémorable, le client paierait plus cher qu’un film qu’il juge moyen. On pourrait appliquer le même principe aux événements sportifs, aux livres ou autres spectacles.

 

•  Samuel Guegan imagine des systèmes de réduction pendant les fêtes des pères ou des mères : si vous vous déplacez en magasin avec votre mère ou votre père, vous bénéficiez d’une offre avantageuse ou d’une réduction. Cette mécanique peut se décliner si vous venez en magasin avec un produit de la marque, une couleur spécifique…

 

• Co-meet imagine des mécaniques de « Own Pricing », où ce sont les consommateurs qui proposeraient eux-mêmes le prix qu’ils considèrent comme juste. Cela pourrait notamment être fonctionnel lors de lancement de nouveaux produits ou services.

Les autres articles Smart Conso

smc02

Tourisme : et si demain l’habitant local de votre destination était au cœur de vos prochaines vacances ?

Le secteur du tourisme a vécu une mutation d’envergure avec l’arrivée d’internet. Parmi les tendances actuelles, une recherche d’un « autre tourisme », plus authentique et proche des locaux

Lire l'article
smc01

Consommation : et si demain vous ne faisiez plus vos courses ?

Et si au lieu d’aller faire nos courses, nous nous abonnions à nos achats les plus courants, les plus contraints, les plus récurrents?

Lire l'article
boitevoisin

Société : et si vos voisins revenaient au cœur de vos relations sociales ?

Il était encore un temps où tout le monde connaissait ses voisins, avec qui nous avions des relations régulières, mais l’économie collaborative et internet ont généré un renouveau des relations de voisinnage…

Lire l'article
Animaux

Et si demain les animaux devenaient des êtres humains comme les autres ?

À l’heure où les animaux domestiques ne sont plus considérés comme des biens meubles, les innovations à leur encontre vont bien au-delà de les nourrir ou les entretenir. Au point d’inventer un nouveau lien avec ces membres à part entière des foyers?

Lire l'article
Auto production

Et si demain nous produisions tout ce dont nous avons besoin par nous-mêmes ?

Imprimantes 3D, découpeuses laser, Fab Lab, logiciels et matériels open source sont désormais à la portée de tous, et fabriquer des objets ou autres produits, chez soi comme à son bureau, pourrait rapidement devenir aussi courant que de retoucher des photos…

Lire l'article
Sport

Et si demain on faisait du sport autrement ?

Les cours de gym à la Véronique et Davina sont bien la préhistoire du fitness ! Un nouveau monde du sport et de nouvelles pratiques sont en train de naître, plus ludiques, plus féminines, plus conviviales, plus en phase avec la santé que la performance. Parmi quelques exemples, vous pouvez courir en dansant, participer aux Color Run, être immergé dans des lieux interactifs…

Lire l'article
StarTreck

Et si demain on contrôlait tout ce que l’on mange?

Le numérique a bouleversé de nombreux paradigmes de nos sociétés. Dans les relations humaines, dans l’économie, dans le travail, dans l’information et la communication… Dans la santé, il bouleverse notre rapport au corps et accompagne les évolutions d’auto-contrôle que l’automédication avait par exemple amorcé. Les objets connectés…

Lire l'article
100

Et si demain nous partagions notre vie avec des robots?

Les robots sont présents depuis de nombreuses années dans les usines pour remplacer certaines fonctions et tâches humaines, comme peindre, souder, tracer, mesurer… Leur rôle est de remplacer l’homme dans les tâches difficiles, rébarbatives, pesantes, contraignantes, sans autonomie et dans un cadre jusqu’à présent professionnel …

Lire l'article
Les Bobines

Et si demain nous allions dans des endroits à tout faire ?

Les commerces mutent et évoluent, et les expériences de « mélange des genres » font florès. Les adresses voient doubles, et de plus en plus de lieux hybrides voient le jour. Nouvelle forme de consommation, de shopping… déclinable ailleurs que dans les commerces de proximité?

Lire l'article
Déconnexion

Et si demain on se déconnectait ?

Dans un monde hyperconnecté, la tendance est à la « Robinsonite », à la déconnexion momentanée, pour s’octroyer des pauses, faire l’expérience de la discontinuité, avoir des moments « sans ». Et si on se déconnectait d’autres choses que du digital aussi ?

Lire l'article

Une des marques de fabrique de Co-meet est la capacité d’investiguer des secteurs d’activités variées et de proposer à ses clients des démarches marketing toujours ad hoc. Grâce à une posture emphatique, Co-meet a su développer une relation client de confiance. Nos réflexions marketing ad hoc répondent à chaque problématique de manière adaptée jusqu’à l’accompagnement post étude : du recueil de l’information aux livrables mixant différentes formes (texte, son, vidéo…) aux sessions de workshop créativité : du marketing d’innovation au test consommateur en passant par le conseil marketing.